37 ans, pas mariée et pas d’enfant

37 ans, pas mariée et pas d’enfant

37 ans, pas mariée et pas d’enfant, c’est mes réponses aux 3 questions récurrentes qui me sont posées chaque fois que je croise une personne faisant partie de mon passé. La dernière en date, c’est la maman d’une amie d’enfance. Alors que j’étais dans la salle d’attente de mon médecin, quelques semaines avant le confinement. Je te partage notre échange ainsi que mon ressenti par rapport à ces 3 questions qui peuvent faire que les gens se sentent jugés.

Il y a ce qui se dit oralement et ce qui se dit en off

« Ouah! Bonjour, ça fait longtemps ! Alors tu as quel âge aujourd’hui ? Es-tu mariée ? As-tu des enfants ?
Ma réponse : j’ai 37 ans, pas mariée, pas d’enfant.
Elle : ah bon! Même pas un ?
Moi : en effet pas d’enfant, ça veut dire même pas un, et même pas la moitié d’un, je lui dis en plaisantant.
Elle : oh c’est dommage ! Une belle fille comme toi ? Avant de me rappeler que sa fille, qui a le même âge que moi, a eu une belle petite fille.😀😀😀

Ça, c’est ce qui s’est dit oralement, mais il y a également ce qui s’est dit en off à travers son langage non verbale.
Je pouvais entendre « Mais tu as raté ta vie ?
J’aurai pu me sentir jugée par elle, mais j’ai refusé car ces 3 questions tirent leur source de sa réalité intérieure, et non de la mienne, où plutôt plus de la mienne.

La culture, une des sources d’influence qui construit notre image

Elle, tout comme moi, avons hérité nos croyances dès notre enfance et de par notre appartenance au même milieu culturel, mais vécu sur des générations différentes.
Moi aussi, quand j’étais plus jeune, je m’étais dit comme beaucoup : « à 30 ans, je serai mariée et j’aurai deux enfants ».
Well, j’ai aujourd’hui 37 ans et j’ai rien de tout ça. Suis-je en retard ? Dois-je speeder pour avoir tout ça ? Trouver n’importe qui, me mettre avec lui, et puis vivre une vie dictée par des croyances générales ? NO WAY ! Ma paix intérieure est trop importante. Et puis la vie nous enseigne que le mariage n’est pas forcément la clé du bonheur, vu le nombre de divorces aujourd’hui. Mais comprendre les principes de cet engagement, guérir de ses blessures émotionnelles, se connaître, savoir ce qu’on veut vivre… Sont des questions fondamentales pour construire un mariage sur des bonnes bases.

Croyances culturelles vs mes besoins et ma réalité du moment

Alors, au lieu de reproduire un schéma qui n’avait rendu ni mes parents, ni certains.es de mes amis.es  heureux/ses, j’ai appris à remettre en question ces croyances car elles ne m’appartiennent pas, elles appartiennent à ceux qui les ont inventées. Pour ma part, à un moment de ma vie, j’ai ressenti cette honte, parce que dès qu’on passe 30 ans, c’est logique d’avoir tout ça. La pression ne venait pas de l’extérieur, elle était dans ma tête. J’étais juste pressée.
Ces croyances se sont confrontées à mes besoins, ce qui m’a causée des conflits internes, des remises en question à des moments de ma vie et la peur d’être jugée.

Aujourd’hui, j’ai pris conscience que ma réalité intérieure n’est plus dictée par cette pensée générale, mais plutôt de quoi ai-je réellement besoin actuellement ? Santé, paix, joie, sécurité affective, financière, construire un mariage épanoui, me réaliser dans les projets qui me passionnent, m’engager dans les causes pour lesquelles mon cœur bouillonne ??… Oui je veux me marier et vivre les bienfaits que procurent une relation entre un homme et une femme, mais dans mon histoire familiale, je n’ai pas été équipée, je parle mentalement, et au niveau affective pour construire se mariage auquel j’aspire. Il est bon de revenir à la base pour déconstruire ce qui a été construit.

Revenir à la base de ce qui a construit notre image

Aujourd’hui j’ai 37 ans, mais je n’oublie que je dois dealer avec mon histoire, celle d’une enfant qui a grandi avec une carence affective, qui pensait ne pas avoir reçu assez d’amour de son papa et de sa maman. Cette carence a été une béquille et un frein dans beaucoup de domaines de ma vie : professionnelle, amicale, amoureuse.

Sans le vouloir, mes parents ont montré leur préférence, que mon cerveau d’enfant a capté. Mon image s’est construite sur le rejet, le manque d’amour et la jalousie. Cette image de moi-même m’empêchait de voir qui j’étais.

Un jour où je n’étais plus en phase avec aucun domaine de ma vie, j’ai juste demandé à Dieu de venir m’éclairer et de me montrer qui j’étais, car ma confiance en moi était faible sur tous les plans. J’ai alors commencé à lire des livres, à découvrir mon potentiel ; je suis retournée à l’école pour me former et me découvrir davantage dans les domaines qui me passionnaient, les causes qui étaient importantes à mes yeux. Chaque étape de cette reconquête/ découverte de moi a pris du temps.

Mon célibat était plus que nécessaire 

Alors, comme ma vie professionnelle d’hier ne me plaisait pas, je suis retournée à l’école pour que demain, elle puisse me plaire. Quant à la partie amoureuse, je suis passée par tellement de phases…

Mes parents n’ont pas imprimé en moi l’image d’un couple que je voulais reproduire ou qui me donnait envie.

Quand je réfléchis sincèrement et que j’examine ma vie, je me rends compte que dans ma réalité, le célibat était plus que nécessaire pour apprendre à mieux me connaître et à aimer enfin la personne  que j’avais longtemps rejetée. Me découvrir enfin, dans plusieurs domaines de ma vie, m’a ouvert les yeux sur un profil d’homme qui pourrait correspondre à mes attentes.

Comment construire un mariage qui me correspond ?

Ce sont les pistes de mon expérience. Il y a pour ma part, 4 couples qui m’ont inspiré, à travers eux, je pouvais enfin voir le type de  mariage que je veux vivre.
J’ai commencé à créer mon vision board à partir d’eux, à nourrir mon esprit de ces visuels afin de changer les images que j’avais héritées du mariage de mes parents. Cette vision, je la construis en moi et je suis certaine qu’elle se manifestera quand ce sera le bon timing.

Le mot de la fin : le bon timing ne se détermine pas selon l’âge ou les croyances générales.
Ce partage ne sera pas une vérité pour tout le monde. C’est juste mon expérience, ma réalité que je partage, et qui peut sans doute parler à certaines personnes. Ne te juge pas si tu as passé un certain âge et que tu n’es pas mariée, et que tu n’as pas d’enfant.

J’espère que ça te sera utile.
Comme tu peux le voir, les commentaires ne fonctionnent pas ici mais tu peux me laisser un message en-dessous du post sur Insta.