En 2019, je reconnais et satisfais mes besoins !

En-2019, je-reconnais et satisfais mes besoins ! EB Conseil en image pour les femmes entrepreneures.

En 2019, je reconnais et satisfais mes besoins !

« Cette année, je perds du poids et je mange mieux. »
« Je me remets au sport dès la semaine prochaine ! »
« En 2019, je veux atteindre .. … de chiffre d’affaires ».
J’aurais pu prendre chacune de ces bonnes résolutions au passage du nouvel an et pourtant je ne l’ai pas fait.
Je ne l’ai pas fait parce que, les années précédentes je n’ai pas tout le temps su reconnaître mes besoins de mes désirs. Insatisfaite, j’abandonnais mes engagements car je n’avais pas pris en compte le fait qu’il existe une hiérarchie des besoins humains.
Vouloir se réaliser, atteindre des objectifs financiers jamais réalisés auparavant ne nous comblera pas si le besoin d’amour ( au niveau familial, amical, au sein d’un groupe, d’une communauté ) n’a pas été comblé.  J’ai voulu brûler les étapes en souhaitant atteindre le haut de la pyramide des besoins sans écouter mes besoins prioritaires. Mon insatisfaction ne m’a pas quitté tant que je ne me suis pas arrêtée pour l’écouter.

J’ai consacré mon mois de décembre à travailler mon personnal Branding.
J’ai passé au crible les différents domaines de ma vie, ma famille, mes relations, mes projets pour mon entreprise, ma santé, mes finances et bien entendu mes objectifs de style pour 2019.

J’ai décidé de faire autrement cette année. Je me suis écoutée, et je me suis faite une vraie promesse : en 2019, je reconnais et satisfais mes besoins !

Pour cela, encore faut-il connaître les besoins des êtres humains.

 

Quelle est la différence entre un besoin et un désir ?

Les besoins sont  innés, on apprend pas à avoir besoin. Ils sont d’origine physiologique , c’est notre corps qui nous parle. Ils sont exprimés par l’inconscient (instinct) sous la forme d’une émotion ou d’une souffrance qui en signale la présence et la satisfaction ou non- satisfaction sous la forme d’une sensation physique agréable ou désagréable.
Ils font souffrir jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits et leur non-satisfaction peut entraîner la mort. Ils sont d’une nécessité vitale.

Les désirs ne sont pas naturels, ils sont liés au contexte, à la société, la culture, l’époque , l’éducation…ils sont acquis et liés à ce que l’on a appris et perçu. Ils sont exprimés par l’inconscient et le conscient et dépendent de la perception de chaque personne.
Le manque est imaginaire, à peine satisfait, ils réapparaissent. La satisfaction est brève et n’apporte pas de satisfaction ou de soulagement profond.  Sa non satisfaction entraîne la frustration.

 

Des types de besoins bien définis.

Des besoins, nous en avons tous, toi comme moi, comme nos proches, nos voisins, n’importe quelle personne sur Terre.
Pourtant il n’est pas rare d’éprouver la sensation d’avoir des besoins très différents; c’est toujours simplement parce qu’il existe divers types de besoins. Les voici dans l’ordre de la Pyramide de Maslow :

Les besoins physiologiques

Les besoins physiologiques sont des besoins découlant de notre instinct de survie et des méthodes de fonctionnement de notre corps.Il s’agit très souvent de besoins concrets : j’ai, comme toi  besoin de manger et de boire pour vivre, comme j’ai besoin de me laver, me vêtir, me coucher et dormir…

Les besoins de sécurité

Les besoins de sécurité découlent de notre volonté d’être protégé, physiquement, moralement…
Une part de ces besoins est objective (besoin primaire de sécurité de notre personne, de notre famille, etc), l’autre se fait la conséquence de nos anticipations, de ce qui nous effraie, de ce qui nous blesse, rendant l’approche plus subjective.

On dénote notamment les besoins de sécurité suivants :

  • sécurité physique contre la violence, délinquance, agressions…
  • sécurité morale et psychologique
  • sécurité et stabilité familiale (affective)
  • sécurité médicale/sociale et de santé
  • sécurité des revenus et des ressources
  • sécurité d’un abri (logement, maison)

Si ma sécurité morale est en péril, comment pourrais-je éprouver ou envisager d’éprouver un sentiment d’appartenance ?
Si je pense que je n’ai aucune sécurité financière, je ne pourrai pas m’autoriser à prendre ces congés dont j’ai grandement besoin, etc.

Les besoins d’appartenance (Amour)

Les besoins d’appartenance correspondent à nos besoins d’entretenir des relation avec d’autres personnes, à différents niveaux :

  • besoin d’affection (sur la base de sentiments réciproques avec autrui)
  •  former un couple
  •  avoir des amis
  •  faire partie intégrante d’un groupe cohésif
  •  se sentir accepté
  •  ne pas se sentir seul ou rejeté

Ce sont, en quelque sorte, les besoins d’appartenance à un groupe.
Le premier groupe d’appartenance d’une personne est la famille mais au cours de notre existence, nous entrons dans une multitude d’autres groupes.
C’est un peu comme à l’adolescence, lorsque l’on dit que l’on “se cherche” et qu’on cherche son identité à travers différentes fréquentations.
Ici, je cherche à savoir à quel groupe j’appartiens, en qui je me reconnais et c’est important car si je ne trouve aucune correspondance, je vais me sentir seule, croire que je suis en tort et je vais régresser à un besoin inassouvi de sécurité morale et psychologique (voilà pourquoi il ne faut pas brûler d’étape dans les besoins).

Les besoins d’estime (reconnaissance)

Les besoins d’estime correspondent aux besoins de considération, de réputation et de reconnaissance, de ce qu’on est par les autres ou par un groupe d’appartenance.
La mesure de l’estime peut aussi être liée aux gratifications qui nous sont – ou non – accordées.
C’est aussi le besoin de respect de soi-même et de confiance en soi.

Si je suis du genre à faire beaucoup trop de concessions, je ne répondrai pas à mon besoin d’estime de moi.
Si on salit ma réputation, ça me compliquera d’autant la tâche.

Les besoins d’auto-accomplissement

Le besoin d’auto-accomplissement correspond au besoin de se réaliser, d’exploiter et de mettre en valeur son potentiel personnel dans tous les domaines de la vie.
Ce besoin peut prendre des formes différentes selon les individus.

Certaines femmes estiment qu’elles se sont accomplies en devenant mère, d’autres en devenant financièrement indépendante, d’autres encore en voyageant beaucoup.

Il n’existe pas qu’une seule façon de s’accomplir, elles sont très nombreuses et diverses, autant que nous et je me dois de savoir quels besoins d’accomplissement me correspondent; je me dois de reconnaître et satisfaire mes besoins !

 

Pourquoi je dois reconnaître et satisfaire mes besoins ?

Puisque la liste est dressée, on peut questionner l’utilité de reconnaître ses propres besoins.
Pourquoi je devrais reconnaître mes besoins pour les satisfaire plutôt que de poursuivre tous les besoins évoqués ?

En fait c’est parce que tous les besoins ne sont ni visibles ni atteignables en même temps.
Ils s’organisent dans une forme de hiérarchisation des besoins.
Et on connaît ce phénomène sous le nom de “Pyramide de Maslow”.

Que nous apprend la pyramide de Maslow ?

Abraham Maslow est connu dans la psychologie du travail pour ses études sur la motivation.
La pyramide à laquelle il a donné son nom nous apprend qu’il faudrait en monter les degrés les uns après les autres pour atteindre la pleine satisfaction de nos besoins.

Ainsi donc, il me sera impossible d’atteindre le haut de la pyramide tant que je n’aurai pas satisfait mes besoins de réalisation personnelle.
Or, je ne peux satisfaire ces besoins qu’en répondant à mes besoins d’estime.
Besoins qui ne peuvent être atteints que si j’ai enfin éprouvé un plein sentiment d’appartenance, impossible à envisager sans une solide sensation de sécurité, qui passeront nécessairement après mes besoins physiologiques.

Il est donc important que je satisfasse mes besoins pour atteindre le sommet de la pyramide; il est tout aussi – voire plus – important que je reconnaisse mes besoins avant même de chercher à en satisfaire le plus grand nombre.

Progresser dans la pyramide est un travail sur la durée

Toujours selon Maslow, si l’on considère un étage de la pyramide, pour pouvoir entrevoir l’étage supérieur, il faut avoir satisfait au moins 25% de ses besoins actuels et idéalement jusqu’à 75% de ces besoins.

Ainsi, si mes besoins physiologiques sont couverts à moins de 10%, je ne pourrai pas prendre conscience de mes besoins de sécurité.
S’ils le sont à 25%, je me reconnaîtrai des besoins de sécurité à hauteur de 5% de ce dont j’aurais réellement besoin pour atteindre le sommet de la pyramide.
S’ils le sont à plus de 75%, mes besoins de sécurité seront alors tous perceptibles !

Cela demande donc de la patience de grimper les étages; c’est un travail de longue haleine mais dont le jeu vaut la chandelle.

Il ne s’agit d’ailleurs pas de répondre à 100% de nos besoins jusqu’à la fin de nos jours, seulement d’atteindre un minimum fonctionnel.

L’individu lambda selon Maslow.

Selon Maslow, un individu lambda couvre ses besoins selon les proportions suivantes :

  • 85% de ses besoins physiologiques
  • 70% de ses besoins de sécurité
  • 50% de ses besoins d’appartenance
  • 40% de ses besoins d’estime
  • 10% de ses besoins de réalisation.

Autrement dit, plus je grimpe dans la pyramide, moins mes besoins sont satisfaits.
Ainsi, pour pouvoir m’accomplir davantage, il faut que je renforce chacune des précédentes étapes de la pyramide.

Ainsi, pour pouvoir m’accomplir plus profondément, je dois trouver comment répondre à mes besoins d’estime, par exemple en accordant une interview ou en diffusant des contenus sur internet.

Je dois aussi renforcer mes besoins d’appartenance; est-ce que je devrais rencontrer de nouvelles personnes ?
Renforcer mon image personnelle et ma foi en moi me permettra d’y parvenir plus facilement.

Pour y parvenir sereinement, je vais vérifier que mes besoins de sécurité sont couverts (accepter un poste pour assurer ses arrières en lançant un projet professionnel coûteux).

Enfin, il faudra que je m’assure de ne pas amenuiser la liste des besoins physiologiques jusqu’à présent couverts, notamment en ne sautant pas de repas sous prétexte de devoir anticiper une menace éventuelle.

Alors voilà, face à cet ensemble de données je me suis dit que la meilleure façon de tenir la quasi totalité des bonnes résolutions que je pourrais prendre serait de me faire cette unique promesse : je reconnais et satisfais mes besoins du moment.

Si j’ai besoin de me remettre en forme, en urgence ou non, le savoir, en avoir pleinement conscience me poussera à me remettre au sport et à manger mieux.

Si j’ai besoin de plus de moyens financiers, je sais toutes les étapes que je devrai préalablement franchir en répondant à des besoins sine qua non de progression dans cette pyramide.

Et toi, quels sont tes besoins à satisfaire en 2019 ?

#MesBesoins2019